Grosse Bedaine

 

Aujourd’hui, c’est l’anniversaire de mon chat. Ou c’était hier. Ou peut-être demain… En fait, elle est née dans une grange en pleine campagne. Du coup, on ne sait pas trop. Un matin, on l’a trouvée là, au milieu de ses frères et sœurs, blottie contre sa maman. Et là, il a fallut choisir. Choisir LE chat qui allait en réchapper. À la collision avec la margelle d’un puits… Dur. Je me rappelle du petit noir sur lequel on voyait poindre des reflets fauves. Il était chou. Mais j’ai jeté mon dévolu sur celui qui tentait de s’échapper du panier. D’échapper à son cruel destin. Avec ses petites pattes malhabiles, ses yeux encore collés et ses courts poils blancs. Neige. Ce chaton avait la couleur de la neige. À peine mon choix était-il arrêté qu’une main plongeait dans le panier et se refermait sur les quatre autres. Je vous épargne la suite…

C’était il y a 7 ans.

Aujourd’hui, c’est son anniversaire. À ce petit chaton couleur neige. Il s’est avéré que c’était une femelle. Et qu’elle est devenue encore plus belle. Son museau et ses oreilles ont foncés très vite. Ses pattes aussi. Et sa queue. Un siamois. Pourtant, la maman était un chat de gouttière tout coloré. Son papa devait avoir des origines “nobles”…

Un mois plus tard, nous sommes retournés la chercher. Elle était soi-disant sevrée. En effet, elle mangeait des croquettes toute seule. Mais c’était peut-être un peu tôt quand même… Soit. Elle est arrivée à la maison et j’ai confectionné un escalier en carton au pied du lit pour qu’elle puisse s’y hisser tant bien que mal. Nos chaussons sont devenus son nid. Nos rideaux ont souffert. Elle a découvert le Nutella, mais ne s’est jamais pliée à notre autorité. Et puis, à notre séparation, j’ai gardé ce chat. En Allemagne, tu n’aurais de toute façon pas pu l’emmener…

C’était quatre années plus tard. Ce chaton devenu adulte était alors aussi devenu caractériel. Un siamois, je vous ai dit. Mes mollets ont souffert. Mes pieds ont morflé. Mes mains ont tremblé. Ma voix s’est levée. La guerre fut déclarée. J’ai repensé à ce petit noir aux reflets fauves. J’ai pensé à la SPA, à une annonce dans le journal, au jardin chez mes parents et même à une solution bien plus radicale… Et j’ai repensé à la margelle de ce puits. À ce chaton couleur neige que j’avais sauvé. À ce premier voyage en voiture qu’elle a passé blottie dans mon écharpe, au creux de mon cou. À tous ces moments où j’ai eu peur pour elle. Aux jeux que nous avions toutes les deux…

Aujourd’hui, c’est son anniversaire et je ne regrette aucun de mes choix.

Photo : Moi. 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s