Jehaaaaanne ! Jehaaaaanne !

C’est dans deux jours ! Les fêtes Johanniques orléanaises, tradition remontant à plusieurs siècles, vont débuter. Pour la petite anecdote, c’est Gilles de Rais, accusé d’hérésie et de tout un tas de trucs glauques et pas forcément prouvés qui a instauré cette commémoration de la libération de la ville d’Orléans en 1429. Mais quand on dit ça, ça ne plaît pas trop à l’Eglise, alors chuuut…

La première fois que je suis allée à ces fêtes, c’était en 1999, j’avais treize ans et c’était à Chécy. Ce jour-là, ma maman et moi avons croisé le chemin d’OJ, président d’une asso qui donne un son et lumière tous les ans à Cléry. Il nous a invitées à participer en nous promettant sur le ton de la rigolade que nous serions un jour sur l’affiche. Sur le ton de la rigolade, nous avons réfléchi et sur le ton de la rigolade, l’aventure a duré dix ans. Et c’était chouette.

Avec Poush’ et Bro’ Blond, nous avons embarqué pour la dernière année de Louis XI, puis on a signé pour Dunois. Tous figurants pour commencer. Et puis, Poush’ s’est proposé pour enregistrer la bande-son du spectacle, Moush’ est passée dans le camp des archers anglais, Bro’ Blond est devenu soldat émérite -un des meilleurs je crois, et je ne dis pas ça parce que c’est lui- et moi j’ai coupé mes cheveux et endossé l’armure en 2002. J’avais seize ans. J’ai rencontré des tonnes de gens -certains comptent beaucoup pour moi aujourd’hui-, j’ai appris des tas de trucs, j’ai donné tout ce que je pouvais. Et en 2005, ma tronche s’est retrouvée placardée dans tous les abris-bus de la région, sur tout un tas de panneaux publicitaires orléanais, sur des flyers distribués en quantité -comment je me la pète encore une fois !-. Et c’était chouette. Parce qu’on ne me reconnaissait pas. Et que je m’éclatais sur mon cheval, face à un gradin trop grand pour moi.

Ces fêtes johanniques, j’y ai participé pendant dix ans, au travers de ce son et lumière. Défilé, promotion du spectacle, recrutement de nouveaux membres, danses… Et puis j’ai quitté l’asso pour diverses raisons –en vrai c’est parce que je n’avais plus le rôle-titre !– et depuis deux ans, je ne fais que passer en touriste au Campo Santo, transformé pour l’occasion en place de marché médiéval. J’ai hâte d’y aller cette année, de revoir certaines personnes, de présenter mon Rasti-Foin et de discuter des changements. Et de répéter que non, je ne compte pas revenir, ou alors au dernier moment, pour filer un coup de patte, derrière les décors, pour rire avec les machinistes, monter dans les tours de la technique…

Ou peut-être un jour… Si mes supers potes reviennent eux-aussi… Mais j’ai un doute :)

PS : En vrai, je m’en contre-fiche d’être tête d’affiche… Je me la pète, mais quand même !

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s