J’ai lu Musso !

Attention, si vous avez l’intention de lire Seras-tu là, de Guillaume Musso, n’allez pas plus loin ! Déjà parce que je raconte toute l’histoire, même la fin, et qu’en plus, ben j’ai pas vraiment aimé… Oups…

Ça y est, je peux dire que je sais de quoi je parle !

Seras-tu là ?, c’est l’histoire d’un médecin américain –l’homme parfait, sympa, pro, pas moche, et atteint d’un cancer incurable histoire de faire pleurer dans les chaumières– qui a la possibilité de revisiter son passé grâce à des petites pilules –offertes par une sorte de chef de village-shaman, parce qu’il a bien voulu sauver son fils au péril de sa propre vie. Altruiste en plus, le gars !– afin de revoir une dernière fois la femme de sa vie –elle aussi parfaite, amoureuse, belle, émancipée. Bref, le couple parfait.-, morte il y a trente ans. –Tout monde parfait a sa faille !– Normalement, il doit y aller en simple observateur, mais il décide de changer les choses et de sauver la vie de sa belle. Sauf qu’en faisant ça, il renonce à sa fille, qu’il a eut avec une autre plus tard ! –Rassurez-vous, ça n’était qu’un coup d’un soir, il n’a eu qu’une seule femme de sa vie dans sa vie c’t’homme-là ! Par-fait,je vous dis ! D’ailleurs, sa fille aussi est parfaite et leur relation aussi. On en rêve.– Cruel dilemme donc, vous comprenez ? Mais ne paniquez pas, il est méga futé le lascar ! Il va réussir à sauver ladite femme de sa vie, sa fille et même à ressusciter ! Ben oui, qui dit cancer incurable, dit mort certaine sauf si Meilleur-Pote-Parfait-Aussi –et français pour l’exotisme– s’en mêle.

Bref, tout ça pour dire que le fond de l’histoire n’est pas trop mal, mais qu’est-ce que c’est lisse ! Je me doutais de la fin avant même d’être arrivée au troisième chapitre, ce qui est assez dommage je trouve. En plus, l’auteur a un peu tendance à prendre son lecteur pour une buse. C’est ainsi qu’il nous explique dans une note de bas de page ce qu’est un lamantin… alors que bon, même si on ne connait pas cette bestiole, le contexte nous aiguille énormément. –un parc aquatique, des mammifères marins,…

Et puis le rythme, merde saperlipopette, le rythme ! Je sais pas moi, mais quand je cours, que c’est urgent, stressant, que mon cœur bat à 100.000, que je suis à deux doigts de la crise d’asthme, je ne prends pas le temps d’observer et d’analyser le paysage. Ben les personnages de Musso, si ! –musso-si, musso-ça… Hihi ^^– ‘Sont trop forts ! –Oh les beaux rhododendrons ! Dommage que je sois un tantinet pressé, j’aurais bien fait un bouquet pour ma mamie !– Et vas-y que je t’en décris la forme, la couleur, etc… T’as limite la leçon d’éco sur le cours du rhodo en Amazonie du Nord, tiens. Ah oui, ça aussi ça m’a soulée. Cette étalage de science Wikipédiesque toutes les trois pages et à n’importe quel sujet, genre “on est trop cultivé, les amis, surtout moi”. C’est pas amené, pas subtil, c’est grossier et gonflant à la longue. Je fais le lien avec Shutter Island où Dennis Lehane a l’air de s’être vachement renseigné sur la psychanalyse, les traitements, les dérives. Ben lui, il n’en fait pas des caisses, il dissémine son savoir au fil des pages, comme des indices à l’intention du lecteur, pas en bloc, PAF ! Un paragraphe sur l’invention du scanner ou sur l’Histoire de la race de son chien. En quelque sorte, j’ai lu un Guide du Routard sans destination bien précise.

J’ai été achevé à la fin du roman, par une petite note, inscrite au beau milieu de la dernière page dans le genre “La notion de blablabla présente à tel endroit fait bien évidementbande de nazes, au cas où vous l’auriez loupé et pour bien vous enfoncer, mouahaha, j’suis trop intelligent– référence à tel bouquin de Barjavel.” Ben oui, après avoir lu Barjavel, la suite logique c’est de sauter sur Musso, non ?

Allez, sans rancune. Au moins, le point positif, c’est que c’est un roman qui se lit vite, facilement et qui n’est pas prise de tête

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s