La journée de la gentillesse

Aujourd’hui, c’est la journée de la gentillesse, lancée par le magazine Psychologie. Alors soyons gentils ! Sur le site du magazine, vous trouverez un mur des bonnes actions, des petits trucs tout bête à faire, du genre, partager son parapluie avec un inconnu dans la rue, aider une personne âgée à traverser, inviter ses voisins à l’apéro… Il y a aussi un concours/tirage au sort pour gagner un appareil photo reflex D3100 Nikon. Et puis des tests, bien évidement !

Pour vous, j’en ai fait deux. Rien que ça ! -Z’avez vu comme je suis gentille ?

Alors, le premier : Êtes-vous gentil(le) ?

La réponse est…

Vous êtes foncièrement gentil(le) (peut-être trop ?)

Votre score indique que vous êtes quelqu’un d’extrêmement gentil –Mouaiiip, je saiiiis-, toujours prêt à aider ceux qui ont besoin d’aide, d’une épaule pour pleurer ou d’une oreille pour les écouter. –Jusque là, ça va, t’as pas tort
Vous êtes très certainement entouré(e) d’amis qui vous respectent énormément. –Certains oui. D’autres non. Mais ce ne sont pas/plus mes amis.
Veillez cependant à ce qu’on ne profite pas de votre bonne nature. –Eurf…
Même s’il vous est très difficile de dire « non », –Moi ?? Pfff… La preuve : N.. n.. nooooooooooonn !– cela peut, en certaines occasions, s’avérer nécessaire. –J’y penserai !

 

Le deuxième : Êtes-vous un(e) vrai(e) gentil(le) ?

La réponse est…

Vous êtes gentil par sacrificeEt merde…

Toujours à l’écoute de votre entourage professionnel ou affectif, vous n’avez pas votre pareil pour consoler, pacifier, chouchouter et réconcilier. –Et au passage, m’en prendre plein la tronche, t’as oublié de le dire, ça !– Un compliment, une manifestation de gratitude ou de reconnaissance, tel est votre seul salaire. –Non, en fait, je m’en contre-carre le steack.– Et même lorsque vous le trouvez trop chiche au regard de ce que vous avez dépensé en efforts, vous n’osez ni reprocher ni réclamer. –C’est pas que j’ose pas, c’est que j’y pense pas. Nuance !– Par peur de perdre le lien affectif, mais aussi parce que vous vous êtes construit précocement sur le scénario du sacrifice. –Psssit ! Là, c’est le moment où vous commencez à verser votre petite larmichette…– S’effacer, servir, offrir, c’est sans doute l’essence des messages familiaux que vous avez reçus. –Snif… Quand j’étais petite, blablabla…– Et même si colère, sentiment d’injustice et frustrations bouillonnent parfois en vous, –Bwaaaaaaah !!– il vous est difficile d’assumer et d’affirmer votre désir. Notamment quand il va à l’encontre de celui des autres. –C’est surtout que je ne cherche pas les emmerdes. Que les autres pensent ce qu’ils veulent, après tout, je sais que j’ai raison ^^

Développez votre capacité à vous affirmer. Entendre et satisfaire ses besoins est le préalable indispensable à la consolidation de l’estime de soi et à la construction de relations authentiques. –“‘Tain, j’ai trop envie de fraises, quoi ! -”Haaaan ! C’est vrai ?! -”Ouaip, graaave ! -”Dis, on construit une relation authentique d’amitié véritable dans le respect de chacun ?! -”Trop bonne idée, quoi !”– Pour amorcer le processus de changement, vous pouvez vous entraîner au refus et/ou à l’affirmation, à petite échelle et à petites doses. En posant, par exemple, un vrai « oui » et un vrai « non », tous les jours. Au travail, en couple ou en famille.

Ce qui donnerait ça :

-”Hey, Jim, tu veux un CDI 35h, évolutif en 72h dès que ça nous chante, mais sans aucune possibilité d’évolution parce qu’il faut pas déconner, t’as un gamin maintenant ?

-Heu… Non.”

ou bien, version “oui” :

-”Hey, Jim, tu voudrais jouer dans un projet théâtral avec un budget énorme pour tes petits yeux, et en plus, être payée et jouer dans des putains de salles ?!

-”Heu… Ouaip :)

Ou encore, en couple :

-”Tu peux faire la vaisselle ?

-”Hmmm… Nan.

Version oui :

-”Tu veux un câlin ?

-”Yeaaaaaaah !”

Et enfin, la famille :

-”Tu me donnes une photo de toi pour coller sur le calendrier à la date de ton anniversaire ?

-”Bah… Non.”

Et la version oui :

-”Une raclette à la maison, ça te tente ?

-”Ouiiiii !! Enfin, non, j’aime pas le fromage fondu…

-”Pas grave, moi je suis bien végétarien !

-”Ah ouaip, c’est vrai… Alors ouiiiii !!”

Fin de l’histoire, soyez gentils ! Na.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s