Maintenant qu’il fait tout le temps nuit sur toi

Puisqu’il est de notoriété publique que j’adore faire pleurer dans les chaumières, je remet le couvert avec ce titre !

Maintenant qu’il fait tout le temps nuit sur toi est un roman de Mathias Malzieu, que j’ai lu il y a un bout de temps déjà, et dans lequel j’ai replongé le week-end dernier… Résumé :

Mathias, un jeune homme d’une trentaine d’années, vient de perdre sa mère. Sur le parking de l’hôpital, il rencontre un géant qui l’aide à accepter de vivre malgré cette disparition et l’invite à un voyage fantastique dans le pays des morts. Cette évasion dans l’imaginaire lui permettra de passer d’un monde enfantin peuplé de super héros rassurants au monde plus cru et cruel des adultes.

C’est le premier roman de monsieur Malzieu –chanteur de Dionysos si il était besoin de vous le rappeler– écrit en 2005. Il aurait pu le sous-titrer “Giant Jack is on my back”. En tout cas, il prend aux tripes. Au début, il laisse sans voix. On n’entend plus rien, le temps s’arrête pour nous aussi, juste les battements du cœur qui résonne dans les oreilles. Et puis, on a envie de crier, de pleurer, de s’arrêter de vivre. Pas de mourir, non, juste de s’arrêter. Après, on veut le prendre nous aussi tout contre nous, lui apprendre de belles choses et lui murmurer qu’on sera toujours là pour lui. Enfin, comme Jack, on s’éclipse doucement. Ses démons, désormais les nôtres également puisqu’on a bien voulu les partager, disparaissent au loin pour laisser place à… Lisez le bouquin, je ne vous dirai pas tout.

Ce livre m’a retournée. Et samedi, j’ai replongé.

Vendredi, TF m’a rappelée pour passer une seconde audition. La première n’avait été qu’une prise de contact, une sorte d’entretien préalable. Dans l’espoir de passer cette fameuse deuxième audition, je m’étais mis en tête de présenter un extrait de Faust, Goethe. Et puis, quand j’ai reçu cet appel, je me suis dit que ça ne me ressemblait pas. J’ai alors vidé ma bibliothèque, en quête d’un bout de pièce dans lequel je me sentirai bien. Et puis, je suis tombée sur ce livre. J’ai ouvert et lu la première page…

Est-ce qu’il ne fait pas trop froid là-bas, est-ce que tu sais pour les fleurs sur le toit de toi, est-ce que tu sais pour l’arbre que l’on va devoir couper, est-ce que tu sais pour le vent qui agite les volets de la cuisine et secoue ton ombre sur le carrelage ?

Maintenant il fait tout le temps nuit sur toi.

Tu reçois des lettres, on les donne à lire à tes vêtements, ça ne les déplie pas. Est-ce que je peux t’envoyer un peu d’Espagne, du bon champagne et deux, trois livres, maintenant qu’ils te foutent la paix avec leurs tuyaux dans le nez et le ventre, que tu n’as plus à te forcer à manger et à décrocher le téléphone ?

Maintenant qu’il fait tout le temps nuit sur toi.

[…]

Tu es partie à 19h30. Les roses oranges toutes neuves posées sur ta table de chevet et les petites lampées d’eau citronnées, ça n’a pas suffi. Pas plus que les tuyaux et les aiguilles plantées dans tes bras. 19h30, “c’est fini”. Dans l’horloge de ton cœur, la petite aiguille ne remontera plus jamais vers midi.

J’ai donc proposé ça à mon audition. Je me suis plantée. Lamentablement. Je n’avais pas assez bossé et puis j’ai planqué mon émotion tout au fond de mon ptit cœur, j’ai transformé ma colère de n’avoir pas su écrire un texte de la même intensité pour un être très très cher il y a quelques années en légèreté quasi je-m’en-foutiste. J’ai chié dans la colle, quoi. Alors je me suis platement excusée auprès du metteur en scène qui m’a juste répondu :

“Non non, ça me va. Alors, on commence lundi 8…

– Comment ça, on commence ?!

– Oui, je t’ai dit que ça m’allait. Donc si tu es toujours partante, on commence lund…

– Quoi ? Comme ça, là ?!

– Ben heu… Oui… Quand ça me plaît, je prend… [Tête hallucinée de moi, rire de TF]“

Bref, dans un an je serai sur la scène d’un vrai théâtre, contrat en poche, à m’éclater sur du Shakespeare. Yeeeeeehhaaaa !!!

Illustration : couverture de Bénédicte Thouvenin

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s