Antony and the Johnsons

La the découverte du moment. Là encore, vous connaissez peut-être déjà, ou pas. Le groupe a déjà quatre albums à son actif et celui qui tourne quasi en boucle chez moi, c’est le second, I am a bird now (2005).

J’ai entendu cette voix magnifique peu avant la première d’Othello, en plein doute, en plein trac, assise bien sagement dans mon fauteuil, la tête en arrière, le regard perdu dans le ciel, les mains dans les poches. Mes yeux se sont légèrement embués, mais j’ai eu envie de sourire malgré tout. Un sentiment tout à fait étrange de bien être mâtiné de mélancolie. Une voix hallucinante qui vient se poser délicatement sur des accords de piano pour donner une mélodie absolument divine. Des airs de Nina Simone. Une envie énorme de s’accrocher aux plumes du premier oiseau qui passe et de partir avec lui au-dessus des nuages. 

Antony and the Johnsons, c’est un groupe qui se forme autour d’Antony Hegarty, un anglais de quarante ans qui ne les fait pas, et qui s’est installé aux États-Unis lorsqu’il avait une dizaine d’années. Piano, voix, cordes, un peu de batterie : des mélodies romantiques chantées par un homme qui n’en est pas vraiment un, qui se cherche, qui s’assume, et c’est bon. Sur ce deuxième album, le groupe s’associe à des artistes tels que Lou Reed, Rufus Wainwright ou Boy George.

Trêve de blablatage, je vous laisse avec cette petite merveille !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s