Lave-linge, épisode 2 : Wiwi invite des potes à la maison.

Résumé de l‘épisode précédent :

Wiwi est un magnifique lave-linge, acheté neuf à franchement pas cher. Sauf qu’il ne fonctionne pas. -Ça, c’est du résumé !-

Lundi matin –L’Empereur, sa femme et le ptit prince -, j’ai appelé le SAV du magasin où mon pôpa et ma môman avait acheté Wiwi. Je suis tombé sur une charmante dame qui m’a demandé si j’avais bien allumé l’eau. Elle a dû deviner que je suis un sacré boulet, mais malheureusement, cette fois, ma bouletterie ne s’était pas exprimée et j’avais bien tout vérifié. Elle décide de m’envoyer quelqu’un qui sera chargé de me retirer la garde de Wiwi pour quelques jours. Mon cœur se serre, mais je décide d’être courageuse et accepte la proposition. Rendez-vous est pris pour mardi, soit le lendemain, entre 13h et 16h. –On a connu pire comme fourchette, je suis contente !

Le soir venu, je vérifie tout une dernière fois, histoire de ne pas passer pour une grosse truffe le lendemain. Je laisse tout comme ça et vais me coucher.

La suite au… Nan, j’plaisante, je ne vais pas vous faire languir pour la partie la plus marrante à ce jour !

15h, mon portable sonne : “Bonjour madame, on ne trouve pas votre immeuble !” –Heu… Neuf étages, il n’est pas assez gros ?!– Après vérification, on ne leur avait pas donné la bonne adresse. 59 au lieu de 39, ils ne risquaient pas de trouver. –Après vérification plus tard par moi-même sur le papier, il était bien écrit 39, mais c’est vrai que le 3 n’était pas bien formé et pouvait faire penser à un 5. Mais enfin… Bref.

15h10 : Ça sonne. J’ouvre, et j’accueille deux jeunes hommes à casquette qui m’assurent que “tout va bien se passer, madame !” Un instant, je me suis crue dans Urgences, ou Die Hard au choix. Le premier commence à rouler un peu des mécaniques dans ma cuisine, fait jouer ses muscles pour dégonder la porte –Wiwi a un peu forci ces derniers jours…– et finit par me dire “qu’il n’y a pas de courant dans votre prise, madame !” “Heuuuu… Tu te fous de moi, là ?!” C’est ainsi que j’ai découvert que Wiwi avait le pouvoir de faire sauter les plombs de mon appart’. Mais pas tout le temps. Que quand ça l’amuse d’essayer de me faire passer pour une bille. –Note pour plus tard : le fusible (est-ce bien son nom ?) du cellier contrôle aussi les prises de la moitié de mon salon.–  Petit bouton noir relevé, le voyant sur la machine s’allume à nouveau. –Aaaaah ! Je savais bien qu’il y avait du courant dans ma prise !

Sur ce, mes parents débarquent. Dans le même temps, les deux jeunes hommes pose leur diagnostic : ce sont les charbons. Mon pôpa décide d’intervenir : “Ah mais non, monsieur ! Il n’y a pas de charbons dans ce moteur-là !”

Mon pôpa est sûr de lui : il a fait des études. Le jeune homme qui est resté –le premier, le rouleur de mécaniques, est descendu chercher le diable pour emporter Wiwi– sait ce qu’il dit : c’est son boulot. Je supplie ma môman d’intervenir et de dire à mon pôpa de se taire ou de sortir de la cuisine. Finalement, le jeune homme va démontrer qu’il y a bien des charbons dans ce put*** de moteur en penchant mon pauvre Wiwi pour que mon pôpa regarde par lui-même. Sachez qu’il y a bien des charbons dans Wiwi.

Retour du rouleur de mécanique qui n’en peut plus de se taper les cinq étages par les escaliers –le pauvre est un peu claustrophobe… Je ne vous ai pas encore parlé de l’ascenseur ? ^^– Il a le diable, mais pas le papier que je dois signer. “*prend une grande inspiration* : Vous inquiétez pas madame, on va remonter ! *crache ses poumons*”

Jeunes hommes partis, je referme la porte et range un peu mon cellier et ma cuisine. Oh ! La feuille ! Bon, je descends leur apporter.

En me voyant arriver, le deuxième loustic me dit : “Mais en fait, vous êtes vachement jeune !” S’ensuit une situation cocasse…

Moi : “Heu, ben oui, pourquoi ?

Lui : “Vous avez un petit garçon, alors…

Moi : “On peut être jeune et maman, vous savez !

Lui : “Ah, jeune maman… Et jeune mariée ?

Moi, incapable de me retenir : “Ah ça non ! Bon ! Vous avez un stylo ?

Lui : “Non. –…Boulet…– J’ai un crayon de papier !

Moi : “J’ai le droit de signer avec ça ou il faut que je retourne en chercher un ?

Lui : “Non, ça ira…

L’autre : “Ah, c’est très gentil en tout cas de nous avoir descendu le papier, vraiment merci, et blablabla…

Moi : –‘Tain, ils vont jamais me lâcher…

Lui / l’autre : Brouahaha un peu incompréhensible, ils parlent un peu en même temps et limite se passe l’un devant l’autre, tel deux coqs dans une basse-cour. Je me marre, leur souhaite une bonne journée et remonte chez moi.

Lui / L’autre : Merci, hein, vraiment c’est gentil ! Bon, à bientôt, hein, on vous rapporte ça très vite !”

Je n’en doute pas, les gars ^^

Photo : Cumulonymbus sur Deviantart.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s