Othello (2)

Notre belle cathédrale…

Wouahh, ce n’est que le deuxième article sur Othello ! Je m’auto-épate ! Avec tout le temps que j’y ai passé, toute l’énergie que j’ai mis dedans, tous les chouettes moments qu’il y a eu ! Alors, bon, ne perdons plus de temps !

Retour sur les répétitions !

Nous avons commencé en Octobre dernier, à raison d’une répétition par semaine, le lundi soir. Au début, nous avons lu la pièce, nous partageant les rôles au hasard, hommes ou femmes, peu importe. Nous avons découvert que cette tragédie n’était pas si triste au final. Enfin, le final, si, ça reste une tragédie. Mais au fond, il y a tout plein de passages drôles, subtils, complètement ironiques.

Ensuite, nous avons fait quelques petites impros autours de ce texte : concernant les relations entre les personnages, les scènes de groupe, des résumés. Ça a parfois donné des moments drôles, intéressants ou franchement mous du genou et particulièrement nazes ! ^^

Nous avons eu droit à deux petits stages de trois ou quatre jours afin de découvrir une approche différente du travail et de la pièce. Ce fut vraiment très instructif. Je me rappelle avoir joué une partition d’Othello –la fameuse scène du mouchoir, pour ceux et celles qui connaissent-, un moment très fort pour moi.

Est alors venue la distribution des rôles. Personnellement, je n’avais pas d’envie particulière, dans le sens où plusieurs rôles me plaisaient, mais aucun plus que l’autre. Brabantio, Montano, Lodovico. Trois personnages rien que pour moi ! Et que des hommes ! Un petit challenge, en quelque sorte.

Je vous passe les détails des répétitions, parce que je ne saurais pas vous retranscrire ce qui s’y est passé. Ces choses-là, ça se vit. –Quelle jolie phrase, n’est-ce pas ?! ^^– Toujours est-il que mi-Juin, tout s’est accéléré ! Les répétitions sont devenus quotidiennes, rémunérées et épuisantes. Les costumes et accessoires ont fait leur apparition une quinzaine de jours avant la première, la scénographie s’est mise en place jusqu’au dernier moment et le stress a été notre pain quotidien : imaginez-vous… À une semaine de jouer, on vous annonce que le lieu de la représentation ne peut pas recevoir de tribune, et donc pas de spectateurs. En cause, une étude de sol faite au dernier moment… –Je ne ferais aucun commentaire à ce sujet.

Finalement, le problème est “réglé”, d’une tribune, nous passons à trois rangées de chaises. Toujours ça de pris, c’est ce qu’on se dit, un peu amers quand même. Allez ! La première approche à grand pas, nous filons répéter dans ce fameux lieu de représentation. Un vrai bonheur ! Je vous explique… Le Jardin de l’Évêché est un endroit magnifique. En toile de fond, un bâtiment classé, une acoustique absolument géniale, le grand air, les étoiles au-dessus de nos têtes, des arbres, des oiseaux, la cathédrale magnifique côté jardin, de lourdes grilles d’entrée…

La pression monte, les réservations sont arrêtées en début de semaine, nous jouerons à guichet fermé. Le bonheur…

Photo : Offering sur Deviantart.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s