Fin de formation ou « Je veux pas rentreeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeer !! »

Vendredi, 13h05, je suis monté dans le TGV, direction mon petit chez moi… Et ben j’avais pas envie du tout du tout !

Mercredi, ça a été une grosse journée. On n’a pas chômé, j’ai appris plein de trucs, mis en application ce que je savais déjà. Le tout dans la bonne humeur. Tout le monde est adorable là-bas.

Le soir, je suis retournée en ville et je me suis baladée dans l’autre moitié de Rennes. J’ai trouvé du changement ! Un énorme cinéma en plein centre, posé à la place d’un vieux parking, de nouveaux axes à mon centre commercial préféré… J’ai fait un peu de shopping, oui, moi. Oh, je n’ai pas acheté grand chose, mais quel plaisir de flâner ici ! Et puis, sur les coups de 19h30, j’ai passé la porte d’une crêperie, réputée la meilleure de Rennes. Je me suis retrouvée assise à côté d’une mère et sa fille en train de baver sur la frangine-qui-s’assume-pas-et-ça-serait-bien-qu’elle-se-prenne-en-main-et-tu-te-rends-compte-?!-elle-est-persuadée-qu’elle-n’est-pas-la-bienvenue-à-la-maison !… En même temps, vu la façon dont vous lui cassez du sucre sur le dos, je dirais qu’elle n’a pas complètement tort. M’enfin… Ajoutez à cela une crêpe over-trop-grasse –deux galettes ultra beurrée surmontée d’une tranche de lard avec seulement du gras et à peine trois grammes de viande + un œuf sur le plat– et une salade “légère” avec sauce vinaigrette à base d’huile et d’huile sans oublier l’huile… Je n’ai pas terminé mon assiette, j’ai payé et je me suis barrée. De retour à l’hôtel, je me suis demandée si je ne ferais pas mieux de me coller les doigts au fond de la gorge pour faire sortir tout ça, tellement ça bataillait dans mon estomac…

Jeudi, j’ai voulu tenter la crêperie Saint-Georges. Complet. Oups. Je me suis rabattue sur une crêperie bio place Sainte Anne. Très bonne. Un poil trop d’oignon et des tomates très sucrées –?!– mais le cidre et la vue étaient délicieux.

J’ai fait des rencontres géniales là-bas et je n’ai qu’une envie, c’est d’y retourner. Le changement de gare à Paris fut épique mais réussi. –Qu’est-ce qu’il fait chaud dans le métro ! Comment peut-on vivre / travailler dans cette ville ?!– J’étais seule dans le wagon entre Paris et Orléans, j’en ai profité pour me détendre un peu et chanter, mes écouteurs vissés dans les oreilles. Le contrôleur a bien aimé ma “façon de mettre l’ambiance”. J’ai décidé de rester silencieuse le reste du trajet…

Meumoune et Grosse Bedaine étaient contents de me revoir, j’ai eu droit à des ronrons dans tous les sens, et des touffes de poils accrochées un peu partout sur mon valise / mon pantalon / mon T-shirt. La nuit a été quelque peu mouvementée, entre le bruit que j’avais oublié, le Rasti-Foin qui avait trop chaud et les chats qui voulaient dormir avec moi. Le week-end fut plus reposant.

Je rentre ce matin en cours. À l’heure qu’il est, je flippe un peu. Mais Grand Manitou à Rennes m’a dit qu’il ne se faisait absolument aucun soucis pour moi ! Alors… Let’s go !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s