De l’intérêt d’écouter sa raison plutôt que son ptit coeur

Pour faire plaisir à Dex, j’ai accepté d’écourter mes vacances au bord de la mer et de prendre 24 heures sur notre « séjour-rien-que-nous-deux-coupés-du-reste-du-monde-ça-va-être-trop-bien » pour rencontrer sa bande de potes.

Après maintes péripéties, nous sommes partis à 15h, soit avec une heure de retard sur l’horaire prévu. Rien de grave, quatre heures de route + une demie-heure de pause, nous n’allons pas à une boom que je sache, et si nous arrivons à 20h, c’est très bien. Arrêt à mi-chemin chez les parents de Dex pour récupérer du matos de camping, boire un verre, manger une sorte de flan / far dégoulinant mais pas mauvais –« un peu gluant, mais appétissant !– et admirer l’arbre taillé en rondelles devant la maison. Au passage, la maman de Dex m’a demandé si je savais nager –Comme un parpaing, oui !– et a déclaré que je suis une personne distinguée… J’attends de raconter ça à mes parents, on va se taper des barres, comme disent les djeunz’ !!

Nous sommes repartis une heure plus tard –timing toujours ok-, en prenant soin de ne pas emporter tout ce qu’on nous avait préparé : casseroles, vaisselle en tout genre, table de camping… –Aaaaah, cette douce impression d’être assistée en permanence… Bref !

Nous arrivons à Rennes. Je sais que l’ambiance est déjà surchauffée, puisque les potes de Dex l’ont appelé trois fois déjà aux alentours de 17h pour savoir où nous étions. Ça hurlait fort et ça riait beaucoup. Garés sur un petit parking dans un lotissement tout mignon, Dex téléphone à notre hôte pour savoir exactement où est son appartement. L’hôte et la seule autre nénette de la soirée descendent nous accueillir. Je sens qu’ils sont très contents de voir Dex, mais un peu tendus avec moi… Comme si… Ah mais oui ! Dex avait préalablement prévenu tout le monde que je n’avais aucune envie de mettre les pieds à Rennes !!

Nous entrons dans un appartement super sympa, lumineux, grand balcon, chouette déco… Je dis bonjour à tout le monde, me présente à chacun –Jim, enchantée– avec mon plus beau sourire de « je-suis-super-à-l’aise-et-très-heureuse-d’être-là » qui sonne ma foi assez juste, essaie d’entamer une conversation avec un jeune homme que Dex semble moins connaître que les autres. Conversation qui s’achèvera assez vite, puisque ledit jeune homme profitera qu’on me propose une bière pour s’éclipser verbalement avec mon homme, sur des sujets motos / moteurs / trucs de mecs auxquels je ne comprends rien.

Je me rends sur le balcon où tout le monde semble vouloir poser ses fesses. Je suis mal à l’aise, coincée sur une chaise en plein passage, et je commence à expliquer à deux personnes « ce que je fais dans la vie », consciente que tous le savent déjà, mais que bon, il faut bien parler un peu. J’essaie d’être un peu drôle au passage, sans faire la fanfaronne non plus, mais je me rends déjà bien compte que nos références en matière d’humour ne sont pas les mêmes. Ils sourient tous poliment, c’est déjà ça !

Et là, interviennent les privates jokes, inévitables quand un groupe de potes se retrouve en soirée. Je souris poliment à mon tour, on m’en explique une que j’aurais préféré continuer à ne pas comprendre, notre humour n’est décidément pas le même. Je suis en présence de fans du film Projet X et de son ambiance et j’avoue que rapidement, je décroche et fais même du tri dans les textos reçus sur mon portable. Et comme de toute façon tout le monde s’en fout…

Au summum de la gêne, j’entends une explosion : « Branchons la Kinect !! » Et merde saperlipopette… Manquait plus que ça… Autant vous dire que je n’ai pas joué, que j’ai regardé, que je n’ai bu que deux verres alors qu’ils en étaient tous au moins à leur douzième, qu’ils tiennent l’alcool comme moi à 15 ans parce qu’ils ne savent pas boire –génération Binge-drinking-, que j’étais crevée parce que mine de rien, j’ai passé 25 ans et j’ai un enfant, et que le Kinect, c’est super sympa avec des potes, mais avec d’illustres inconnus, c’est la loose… –Oui, je suis coincée. Et vieux jeu.

Je suis allée me coucher, personne n’a essayé de me retenir, même pas Dex qui était rond comme une queue de pelle. Moins d’une heure plus tard, j’étais debout, n’arrivant pas à dormir à cause du bruit. Tout le monde a eut l’air super gêné alors que j’ai bien précisé que j’avais juste trop chaud pour dormir. -Bouh la menteuse !! Ou diplomate pour une fois…– Je suis allée me poser sur le balcon, dans un transat et Dex m’a rejoint pour me faire une sorte de morale à deux balles d’homme complètement arraché : « ils ont tous fait des efforts, tu n’avais qu’un pas à faire. Personne ne t’en veux, tout le monde t’aime. Ils t’adorent, personne n’est mal à l’aise. Etc. » J’ai beau aimer très fort mon petit Dexounou, j’ai juste eu envie de le passer par-dessus la rambarde à cet instant précis. Voilà, c’est dit.

Un jeune homme de 21 ans –Oo– a fait son entrée. Je lui ai tenu la jambe vingt minutes sur la musique, ses études, tout un tas de trucs –histoire de faire un pas-. Il a abdiqué quand Dex a décidé de parler mécanique et nous sommes tous rentrés regarder des épisodes de Malcom que tous connaissaient par cœur.

Le lendemain matin, au petit dèj’, j’ai tenté de discuter avec la seule fille de la soirée, mais bof, le courant ne passait toujours pas franchement. Elle est très gentille, c’est pas le soucis. Mais elle n’a pas plus de choses à me dire que moi à lui raconter… Elle est d’ailleurs partie alors que je venais d’entrer sous la douche : « tu diras au revoir à Jim pour moi ! » J’ai papoté avec notre hôte pendant que Dex était sous la douche. Une crème ce garçon. Je lui ai expliqué ma situation de la veille au soir, il l’a très bien compris et s’est excusé de ne pas avoir été plus présent pour me mettre à l’aise, car il avait un « léger » coup dans le nez.

Nous sommes partis vers 11h, direction la mer. J’ai rencontré les potes de Dex et ça ne l’a pas vraiment fait. Dex était déçu que je ne me sois pas plus intégrée. Visiblement, ses potes étaient un peu frustrés aussi. Bref, je n’ai pas plombé la soirée, mais ma présence n’était en aucun cas indispensable. J’aurais dû rester sur ma première idée, à savoir prendre un train dimanche ou lundi pour retrouver Dex à la mer.

Publicités

4 réflexions sur “De l’intérêt d’écouter sa raison plutôt que son ptit coeur

    • Je suis grillée façon petit pain légèrement doré :) Et sans coups de soleil !! 10 ans que ça ne m’étais pas arrivé ^^

  1. Pas toujours facile facile l’intégration au groupe d’amis… Et généralement c’est aussi un test assez parlant sur la différence de vos univers.
    En fait ce qui est difficile dans ces cas là, c’est qu’on imaginerait bien que l’autre puisse aussi nous aider, nous introduire, nous guider un peu pour ne pas se retrouver isolé dans la soirée, mais on voit bien aussi qu’il a envie de profiter de la soirée et de ses amis.

    • Exactement !! D’où l’intérêt de ne pas arriver comme un cheveu sur la soupe et d’être un peu sur la même longueur d’onde avec l’autre quant au déroulement de la soirée. Mais bon, c’est passé, je ne vais pas épiloguer 107 ans, ça ne servirait pas à grand chose… :)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s