Envisager l’avenir

À la suite de mes entretiens avec la psychologue du travail de chez P*le Empl*i, j’ai effectué quelques démarches pour « assurer » mon avenir. Ou du moins pour faire un truc qui me plaise vraiment.

L’avantage de ces rendez-vous avec cette dame fort sympathique, c’est que j’en suis ressortie assez décomplexée de pas mal de choses : « il n’y a pas de boulot dans cette branche » / « tu es trop vieille pour reprendre de si longues études » / « c’est un métier super difficile, es-tu sûre d’avoir les épaules ? » / « pourquoi ne pas reprendre un boulot dans la vente, après tout, c’est un milieu que tu connais bien et que tu maîtrises déjà ! » Bref, autant de questions qui se pressaient dans ma tête et que certaines personnes pouvaient me poser de temps à autres… Et donc, j’ai décidé de me faire plaisir. Vraiment plaisir. De revenir à mes premières amours. D’un côté, le théâtre, de l’autre, l’humain.

J’ai monté un petit dossier, j’ai écrit une jolie lettre de motivation et j’ai envoyé le tout à l’université de Rennes. Ce dossier a été accepté par la fac, et je dois maintenant valider mon inscription à partir du 21 août. Me voilà donc partie pour une Licence de psychologie ! Une Licence de psycho ? Oui, mais pourquoi ? Pour ensuite intégrer un DU d’art-thérapeute. Je sais, il n’y a pas vraiment d’embauche, il va sans doute falloir combler avec autre chose pour arriver à un niveau de salaire « acceptable ». Je sais aussi que c’est un métier difficile, qui demande un sacré recul, qui me fera craquer parfois et qu’il faudra que j’assume. Je sais que je m’engage pour cinq années d’études minimum si tout se passe bien, alors que j’ai déjà 27 printemps. Je sais tout ça. Mais après tout, je bave sur ce métier depuis tellement longtemps qu’il faut un jour se jeter à l’eau et se donner les moyens de vivre son rêve. –C’est beau et guimauveux ce que je dis, mais c’est tellement ce que je ressens…

Ce diplôme, je le passe en cours par correspondance, histoire de me rajouter un challenge supplémentaire. Je pars deux jours à Rennes début Septembre pour assister aux réunions de pré-rentrée et m’inscrire aux sessions d’examens. Je continue à chercher un travail pour m’assurer un train de vie correct, parce que je ne supporte pas de vivre aux crochets du monde, ni de tourner en rond accessoirement. Je vais galérer, je le sais. Mais bizarrement, cette idée me motive encore plus ! J’espère garder cette confiance encore longtemps. Ça va le faire. C’est dit. Ce sera fait.

Photo : EnigmaticEntity sur Deviantart.